Située dans le Jardin des Plantes, cœur historique du Muséum national d’Histoire naturelle, la Grande Galerie de l’Évolution a fêté ses 20 ans en 2014. Inaugurée en 1889 sous le nom de Galerie de Zoologie, quelques mois après la Tour Eiffel, ce brillant et spectaculaire témoignage de l’architecture métallique bénéficie toujours autant de l’affection du public.


Grande Galerie de l'Évolution - bande annonce

Une histoire qui commence il y a plusieurs siècles
En 1994, la Grande Galerie de l’Évolution succède à la Galerie de Zoologie fermée depuis 1965. L’état du bâtiment, détérioré notamment par les deux guerres mondiales, ne permettait plus d’assurer la sécurité du public et des collections. Cette galerie, fruit du travail de l’architecte Jules André, présentait depuis 1889 l’ensemble des collections du Muséum, dans la lignée du cabinet d’Histoire naturelle du XVIIIe siècle dont elle était l’héritière. Rénové par les architectes Chemetov et Huidobro, le bâtiment de la Grande Galerie de l’Évolution s’inscrit dans cette riche histoire tout en l’incluant dans la modernité.

Une scénographie plus contemporaine
Entre la Galerie de Zoologie de 1889, et l’ouverture de la galerie rénovée en 1994, les attentes muséographiques des visiteurs ont changé. Plutôt qu’une exposition exhaustive des collections, la Grande Galerie de l’Évolution opte pour une sélection précise des spécimens présentés, de façon à mettre l’accent sur l’évolution et la biodiversité. L’exposition permanente se compose de près de 350 mammifères, 450 oiseaux, 360 poissons et d’une centaine de reptiles et amphibiens. Plusieurs de ces naturalisations proviennent des collections du Duc d’Orléans, constituées à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Cette part semble infime devant le patrimoine du Muséum national d’histoire naturelle qui compte environ 68 millions de spécimens.

Le monde vivant dans la dynamique de l’évolution
Le parcours est découpé en trois grands temps. Le premier, met en scène l’étonnante diversité du monde vivant actuel, à l’image de la célèbre caravane de la nef centrale, peuplée d’animaux impressionnants comme l’éléphant ou la girafe. À ce grand spectacle de la vie succède une réflexion autour de l’évolution des espèces. Le visiteur est accueilli par la plus ancienne pièce naturalisée du Muséum : le rhinocéros de la ménagerie du château de Versailles, qui a appartenu à Louis XV puis à Louis XVI. C’est ensuite la place de l’Homme et son rôle dans cette évolution qui sont abordés. La bouleversante salle des espèces menacées et disparues rappelle la fragilité de la biodiversité. Dans une atmosphère particulière, fraîche et peu éclairée, 257 spécimens sont conservés dans d’anciennes vitrines avec leurs boiseries d’origine. Les spécimens d’espèces éteintes soulignent les menaces qui pèsent sur les autres espèces représentées, comme le tigre de Sumatra ou le bois de senteur blanc de la Réunion.

Une galerie tournée vers l’avenir
La Grande Galerie de l’Évolution, depuis son ouverture, reste en constante évolution. Grâce à la modernisation des équipements, à la restauration de spécimens exposés, au renouvellement de certains aménagements et à une scénographie réactualisée, à l’exemple du nouveau dispositif de son et lumière qui rythme la visite, la Galerie fête fièrement ses 20 ans en 2014 ! Elle se rend aussi plus accessible à tous les publics, notamment avec la Galerie des Enfants qui, depuis 2010, fait découvrir la diversité et les problèmes environnementaux de façon ludique et interactive. Des dispositifs adaptés, informations en braille, dessins en reliefs, vidéos et outils multimédias traduits en LSF et sous-titrés permettent aux personnes en situation de handicap de profiter pleinement de la visite.

En novembre 2010, la Grande Galerie de l’Évolution accueille son 10 millionième visiteur ! Et pour l’anniversaire de ses 20 ans en juin 2014, elle totalise 13 millions de visiteurs depuis son ouverture.


LA GRANDE GALERIE DE L’ÉVOLUTION EN CHIFFRES

Des animaux par milliers

  • 204 vitrines de spécimens
  • 7 000 spécimens exposés dont 3 000 exposés dans la seule nef et 2 700 arthropodes (crustacés, insectes et arachnides) 
  • 1 % des vertébrés de l’ancienne Galerie de Zoologie ont été réinstallés dans la nouvelle présentation

De grands espaces

  • 6 000 m2 d’exposition permanente
  • 1 000 m2 d’exposition temporaire (au sous-sol)
  • 5 364 m2 de parquets
  • 3 027 m2 de boiseries
  • 6 176 m2 de vitreries
  • 30 m de hauteur depuis la salle d’expositions temporaires jusqu’à la verrière

Fréquentation depuis l’ouverture en 1994

  • 13 millions de visiteurs : juin 2014 (soit 20 ans après l’ouverture)
  • 10 millions de visiteurs : novembre 2010
  • 5 millions de visiteurs : juillet 2002
  • 1 million de visiteurs : mai 1995 (soit un an après l’ouverture)
  • La meilleure année : 1995 : 761 000 visiteurs
  • La moins bonne année : 1999 : 477 000 visiteurs
  • Le meilleur mois : juillet 1994 : 116 000 visiteurs

Nombre de jours d’ouverture par an : 312 jours (fermé mardi et 1er mai)

Une centaine de personnes interviennent dans la Grande Galerie de l’Évolution : accueil et billetterie, médiation, scénographie, sécurité, ménage, maintenance du bâtiment, régie technique, entretien des collections et taxidermie, scientifiques, activités culturelles et commerciales (boutique, restauration, locations d’espaces…).


Présentation