L’Homme, facteur d’évolution

En quelque 12 000 ans, l’homme a causé de profondes et parfois irréversibles modifications sur l’environnement. Au point d’affecter l’ensemble du monde vivant. Car si Homo sapiens est, comme toutes les espèces, un produit de l’évolution, il en est également devenu l’un des acteurs.

picto_accessibilite.png

  • Chasse, pêche, cueillette © MNHN - Bernard Faye

    Chasse, pêche, cueillette

    De tout temps, des hommes en petits groupes ont vécu des ressources de la Terre sans compromettre leur équilibre. Mais l’amélioration des [...]

  • Domestication : du mouflon au mérinos © MNHN - Bernard Faye

    Domestication

    Depuis 10 000 ans, les hommes ont vu leurs ressources démultipliées et leur démographie exploser. La raison ? La domestication de la nature. Elle [...]

  • Transferts : l'origine du sanglier corse © MNHN - Patrick Lafaite

    Transferts

    De nombreuses espèces vivent au-delà de leur zone de répartition naturelle, introduites volontairement ou non par l’homme au cours de ses [...]

  • La ville de Paris de nos jours © MNHN - Service audiovisuel

    Transformation des paysages

    Devenu sédentaire, l’homme aménage ses espaces de vie. Résultat : des paysages naturels bouleversés, jusqu’à être fragmentés. Avec à la clef, l’ [...]

  • Déchets d'une famille française actuelle de 4 pers. pendant 10 jours © MNHN - Bernard Faye

    Pollutions

    Dans la nature, toute espèce génère des déchets recyclés naturellement. Mais l’homme y a ajouté des produits de synthèse qui empoisonnent les [...]

  • Tigre de Sumatra © MNHN - Patrick Lafaite

    Tout se complique

    Pollutions, aménagements, domestication, pêche… quand les actions des hommes se combinent, les effets sur l'environnement sont imprévisibles… et [...]

  • La planète aujourd'hui © MNHN - Bernard Faye

    La Planète aujourd’hui

    La biodiversité est l'avenir de l'Homme ! Pourtant, celui-ci ne cesse, par ses activités, de l'appauvrir... Entre prise de conscience, mise au [...]

  • Espace Dodo © MNHN - Bernard Faye

    L’espace Dodo

    Il était une fois... le dodo ! Cet ancien pensionnaire de l'île Maurice est devenu le symbole des espèces disparues du fait de l'homme.

Changement d’échelle
Au niveau 2 de la Grande Galerie de l’Évolution, vous êtes confronté à une autre échelle du temps. Avec l’apparition de l’Homme, le tempo de l’histoire de la vie s’accélère. Finie la division géologique, de l’ordre du million ou du millier d’années : c’est en décennies que se mesurent les changements. Par ailleurs, avec 5 millions d’individus il y a 12 000 ans, 1 milliard au mitan du XIXe siècle et plus de 7 milliards aujourd’hui, la population n’a cessé de croître, amplifiant son emprise sur les milieux naturels. L’itinéraire L’homme, facteur d’évolution convoque la succession d’activités humaines dont l’impact sur la nature hypothèque désormais le devenir de la planète.

Chasseurs cueilleurs
Mais projetons-nous d’abord environ 10 000 avant J.-C., à la toute fin de la dernière grande glaciation. De petits groupes d’humains vivent de chasse, de pêche et de cueillette. Ils utilisent un outillage rudimentaire en pierre, en bois ou en os. Aujourd’hui encore, plusieurs zones du monde abritent des chasseurs cueilleurs dont l’activité ne perturbe aucunement l’équilibre naturel.

L’heure domestique
Oublié le chasseur-cueilleur, l’homme moderne prend goût à la domestication. Depuis 10 000 ans, il intervient dans la reproduction de plantes et d’animaux sauvages, en remplaçant la sélection naturelle par une sélection dirigée, qui lui permet de retenir les qualités des êtres vivants correspondant le mieux à ses besoins. S’il domestique à tout va, l’homme reste un être curieux : il se déplace de plus en plus au cours de ces 10 000 ans. Sur terre ou sur mers, il embarque animaux et végétaux, favorisant le transfert de nombreuses espèces de leur zone de répartition naturelle vers des régions très éloignées.

Paysages sous influence
Sédentaire et passé maître dans l’art de domestiquer, l’homme s’ingénie à transformer les paysages. Développement de pratiques agricoles au détriment des forêts, réalisation de réseaux d’irrigation en zones sèches… vont, au fil des siècles, modifier les milieux naturels et les fragmenter. Cette situation conduit à l’isolement de populations animales et végétales et entraîne une modification de leur patrimoine génétique. Des écosystèmes également menacés par les différentes pollutions apparues avec l’avènement de la société industrielle et les produits de synthèse.

Tout se complique !
Imaginez un instant que soient combinés, dans un même milieu, les impacts des activités humaines que vous avez découvertes au fil de la visite. C’est le long système écologique d’un fleuve, le Rhône, qui sert ici de démonstration. Lorsqu’il se jette dans la mer, vous êtes arrivé à la fin du parcours ! Dans cette séquence finale, conçue en quatre temps — Quel bilan pour la planète ? Pourquoi conserver la biodiversité ? Comment conserver la biodiversité ? Le développement durable : une voie d’avenir ? —, une question cruciale vous est posée : quel est l’avenir des relations homme-nature ?

Amer reliquaire
À ce même niveau, ne manquez pas l’un des lieux les plus émouvants de la Grande Galerie de l’Évolution : la salle des espèces menacées et disparues. Pour l’atteindre, vous allez traverser le repaire du dodo, emblème des victimes de l’extinction. Vous voilà enfin sur le seuil de cette pièce si singulière. Dans une ambiance toute de pénombre et de recueillement, prenez le temps de faire connaissance avec des centaines de spécimens rares, parfois uniques au monde, témoins d’espèces ayant subi l’action destructrice de l’homme. Une façon de réfléchir sur l’avenir de la biodiversité des espèces. En quittant ces lieux, une note d’espoir est offerte par Kiki, la tortue des Seychelles, dont l’espèce est aujourd’hui protégée.