La diversité du vivant : milieux marins

L’immersion dans la vie commence dans l’eau ! Au niveau 0 de la Grande Galerie, plongez dans les lumières bleutées des milieux marins. Abysses, zone pélagique, récifs coralliens, littoral, zones polaires… la diversité des habitats fait écho à celle des espèces.

picto_accessibilite.png

  • Wheke, le calmar géant © MNHN - Bernard Faye

    Plaines abyssales

    Inhabitées les abysses ? Nullement. Les profondeurs marines ont commencé à dévoiler quelques-uns de leurs secrets, dont une faune nombreuse dans [...]

  • Espèces des sources hydrothermales © MNHN - Bernard Faye

    Sources hydrothermales

    Au fond des océans, une eau à plus de 300°C jaillit, berceau de formes de vie encore insoupçonnées il y a moins de 40 ans. Focus sur des [...]

  • Requin-pèlerin © MNHN - Bernard Faye

    Milieux pélagiques

    Ni fonds, ni côtes, ni récifs… les milieux pélagiques, c’est-à-dire la pleine eau, imposent aux êtres qui les peuplent de jouer aux équilibristes [...]

  • Espèces des récifs coralliens © MNHN - Bernard Faye

    Récifs coralliens

    Pour les trouver, cap sur les zones littorales des mers tropicales, où toutes les conditions sont réunies pour que les récifs coralliens existent [...]

  • Vitrine des poissons plats © MNHN - Bernard Faye

    Littoral

    Point de rencontre entre l’air, la terre et la mer, les milieux littoraux subissent l’influence de la lumière et des marées. Façonnés par les [...]

  • Manchots Empereur © MNHN - Patrick Lafaite

    Arctique / Antarctique

    Vents violents, froid intense, brièveté d’un été sans nuit suivi d’un hiver long et rigoureux : autant de points communs aux zones polaires. Mais [...]

  • L’espace Narval © MNHN - Bernard Faye

    L’espace Narval

    J’alimente les légendes mais aussi les récits d’explorateurs. Qui suis-je ? Le narval, longtemps perçu comme la version aquatique de la mythique [...]

Plongée profonde
À l’entrée, une baleine australe vous accueille, emblématique à la fois de l’évolution et des menaces qui pèsent aujourd’hui sur la biodiversité. Un peu plus loin, votre exploration débute. Retenez votre respiration, la descente vers les plaines abyssales, entre 3 000 et 6 500 mètres, est sans risque. Au royaume du froid et de l’obscurité, là où la pression dépasse 1 000 atmosphères, la vie, fidèle à elle-même, invente. On ne connaît qu’une infime partie des êtres peuplant ces milieux, qui couvrent pourtant 80 % de la surface des océans. Sur place, l’un d’entre eux mérite le détour : Wheke, premier et seul calmar géant plastiné au monde. Il est présenté au public comme dans son environnement naturel, contrairement aux spécimens conservés partout ailleurs dans l’alcool ou le formol.

À la source
Votre découverte continue. Dans les zones de fracture de la croûte océanique, où le magma remonte en se fissurant, l’eau s’infiltre, dissout des sels minéraux avant de rejaillir à une température de 450°C. Des cheminées composées de dépôts s’élèvent et sont investies par de curieux pensionnaires : au sommet, des boules blanches s’installent, formées par l’agglomération de vers de Pompéi. À la base, d’autres espèces à panache rouge vivent dans des tubes nacrés longs de plus d’un mètre. Quant aux moules géantes, elles comblent toutes les dépressions de la lave.

En pleine eau
Vous êtes maintenant entouré de bancs de maquereaux, bonites, mulets, sardines, anchois, exocets (ou poissons volants)… Se faufilent également requins, espadon, raie aigle, diable des mers, poisson lune, mammifères marins et tortues. Vivre sans contact avec le sol impose de multiples contraintes à tous ces habitants des milieux pélagiques : assurer leur flottabilité, échapper aux prédateurs, se nourrir et se reproduire. La pleine eau est aussi le domaine du plancton. Vous en apprendrez davantage sur les animaux et les végétaux qui le composent, et dont les formes, tailles et comportements sont multiples.
Hyperactivité
Avec les récifs coralliens, voici venu le temps des bâtisseurs ! Érigés par des milliards de minuscules organismes vivants, ces édifices résultent d’une compétition entre des “constructeurs“ (algues et madrépores) et des "destructeurs" (éponges, mollusques, échinodermes, poissons), qui dévorent leurs parties vivantes et dissolvent leurs composés minéraux. Une faune extrêmement diversifiée se développe sur toutes les surfaces disponibles, utilisant le récif comme support, abri et terrain de chasse.

Bord de mer
Le parcours se poursuit sur le littoral, zone d’échange entre l’air, l’eau et le fond. Marées, saisons, variations de lumière et houle imposent leurs conditions aux espèces qui rivalisent de stratégies pour s’adapter. Voyez le carrelet camouflé sous le sable ou le congre dissimulé dans l’anfractuosité d’un rocher. Un labyrinthe au milieu de grains de sable grossis 800 fois vous permet aussi de repérer des animaux dont la taille varie du dixième de millimètre à 4 millimètres. Allongés, dépigmentés, sans yeux mais avec des poils sensoriels… les représentants de la méiofaune sont insolites !

Du sud au nord
Les zones polaires abritent un petit nombre d’espèces adaptées à des conditions extrêmes. Admirez ce jeune albatros royal, très vite aussi gros que l’adulte, couvert d’un duvet très épais. Comme le phoque de Weddel et l’éléphant de mer, il ne vit qu’en Antarctique. Les manchots empereurs, quant à eux, ont des plumes raides, lisses et imbriquées en guise de couverture imperméable avec, en dessous, un duvet très fin qui procure une isolation thermique. En Arctique, des animaux restent toute l’année sur la banquise. En montant l’escalier, vous observerez l’ours polaire à la fourrure blanche isolante et aux pattes velues antidérapantes. Ses proies, le phoque annelé et le morse, sont d’excellents nageurs !  Mais avant de prolonger l’aventure de la diversité sur la terre ferme, rendez visite au Narval. Son incisive en forme de corne est la plus grande dent du règne animal !