Retour 20 000 ans en arrière, au temps du mammouth laineux. L’exposition fait découvrir cet animal, son environnement, sa biologie, ses rapports avec l’homme, sa disparition il y a 10 000 ans et la riche production artistique de cette époque.


DU 17 MARS 2004 AU 10 JANVIER 2005

Exposition Au temps des mammouths © MNHN - Service multimédia

L’exposition Au temps des mammouths invite le visiteur à se lancer à la poursuite d’un animal disparu : le mammouth laineux. Pour ce faire, l’exposition expose des pièces exceptionnelles issues des collections de musées d’Ukraine, République Tchèque, Russie, Grande-Bretagne…. Une des plus fascinantes est Dima, un bébé mammouth d’environ 40 000 ans, retrouvé congelé en 1977 près de Magadan en URSS et dans un état de conservation remarquable.

Des mythes à la réalité
Quelle idée les hommes se sont faits du mammouth ? Ils ont d’abord cohabité avant que l’animal disparaisse. L’Homme l’a ensuite réinventé et a donné naissance à de nombreux mythes que les premières découvertes ont permis de réfuter. Un film, projeté au fond de la galerie, permet d’observer des fouilles scientifiques actuelles.

L’environnement du mammouth
Un couloir animé d’effets graphiques et sonores transporte le visiteur 20 000 ans en arrière. Face à un panorama de 15 mètres de long, révélant des espèces existantes naturalisées et les ombres projetées d’autres disparues, il pourra imaginer ce qu’étaient les steppes, vastes étendues herbeuses. Pour ceux qui pensent que le mammouth vivait sous la neige, un bulletin météo de l’époque peut être consulté en utilisant un téléphone disposé à cet effet.
Non, les mammouths ne vivaient pas sous la neige ! Pour le vérifier, le visiteur consulte le bulletin météo de l’époque grâce à un téléphone.

Une vie de mammouth
Cette partie se focalise sur la biologie et le mode de vie des mammouths, que les scientifiques peuvent reconstituer à partir des restes retrouvés. Dima, le bébé mammouth, n’est pas seul, un troupeau de 7 squelettes l’accompagne. Parmi eux, six proviennent du cimetière de Sevsk, près de Moscou. Le septième, offert à la France en 1912, vient des îles Lyakhov. Il a été monté en 1957 par le paléontologue Yves Coppens.

L’Homme et le mammouth
Peau, poils, défenses ou os ont été des matières premières précieuses pour l’Homme. Construite à partir d’ossements, la hutte de Mizyn en Ukraine, reconstituée dans l’exposition, en témoigne. Les statuettes et bijoux en ivoire de mammouth mettent, eux, l’accent sur l’art préhistorique. L’animal était aussi une source d’inspiration comme en attestent les projections des dessins rupestres du plafond de la grotte de Rouffignac, en Dordogne.

La fin des mammouths
Au cœur d’un chantier de fouilles reconstitué, Fred et Jamy, de l’émission « C’est pas sorcier », expliquent la disparition des mammouths, sur un écran. La visite continue avec la question du clonage du géant des steppes. En attendant de rencontrer un mammouth vivant, les visiteurs peuvent se prendre en photo devant la réplique à taille réelle réalisée, à partir de données scientifiques, par Jack Thiney, taxidermiste au Muséum.

Pour en savoir plus sur l’exposition, consultez le site dédié : http://mammouths.mnhn.fr

Itinérance
Cette exposition est actuellement disponible en itinérance. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du Muséum national d’Histoire naturelle : www.mnhn.fr/fr/expositions-itinerantes/temps-mammouths