Le Muséum met sur le devant de la scène ses propres collections pour rendre hommage à l’extraordinaire diversité de la nature. Connus, ou inédits, ces spécimens sont chargés d’histoire, d’anecdotes, de valeur scientifique.


DU 6 DÉCEMBRE 2000 AU 17 SEPTEMBRE 2001 (PROLONGÉE JUSQU’AU 7 JANVIER 2002)

Exposition Nature vive © MNHN - Service multimédia

Paradisiers flamboyants, tortues menacées, bois tropicaux ou tendres oursons, l’extraordinaire diversité de la nature est largement représentée au Muséum. L’exposition Nature vive met en valeur les plus belles pièces pour faire prendre conscience de la diversité de la nature, de l’émotion qu’elle apporte et de la nécessité de s’en préoccuper et de la protéger.

La panthère des neiges, le mégapode, seul oiseau à ne pas couver ses œufs, préférant les enfouir dans des feuilles mortes en fermentation, ou le "coco-fesse", plus grosse graine du monde à la forme étonnante sont certaines des espèces fascinantes qui rendent compte du fabuleux patrimoine du Muséum.

Richesse de la nature, richesse des émotions
Sur le sol ivoire, l’ombre projetée d’un crabe aux longues pattes fines et démesurées, suspendu en hauteur, étonne. D’autres animaux lui succèdent. Ponctuellement entourés de lumière, ils fascinent par leur forme, leurs dimensions ou leurs couleurs. L’éclairage s’affaiblit et se fait plus dramatique face aux êtres qui nous effraient comme l’ours Kodiak aux griffes puissantes et les scorpions à la queue dressée. Des couleurs chatoyantes de la nature aux bêtes aussi adorables qu’attendrissantes en passant par ces créatures qui, comme les blattes, nous répugnent parfois, le visiteur expérimente le vaste spectre des sensations offertes par la nature.

Nature prisée, nature méprisée
Circulant entre des îlots, le visiteur prend conscience de la fragilité de la diversité et en contemple les représentants disparus ou menacés. Traquées, car perçues comme nuisibles, chassées, plumées ou pêchées pour leur saveur particulière ou la beauté de leurs attributs, nous faisons connaissance avec les victimes directes de l’Homme. S’ensuivent d’autres spécimens qui ont indirectement pâti de ses actions via la pollution, les marées noires ou les pesticides.

Homme - Nature : vivre ensemble
Deux impressionnants aurochs encadrent l’entrée de la troisième partie de Nature vive. Le cadre, théâtral et dépouillé, se compose de quatre grands socles, éclairés de l’intérieur, présentant des espèces symboliques : le panda géant, l’éléphant d’Afrique, le bois tropical et le coléoptère pique-prune.

À travers ces quatre symboles de notre relation à la nature, le visiteur passe de l’émotion à la prise de conscience, il est spectateur, acteur, maître de ses choix et de ses opinions. Ainsi s’amorce en douceur, au gré des spécimens et de leur histoire personnelle ou générale, le début d’une réflexion qui dépasse le stade de l’exposition. Notre future relation à la nature est une question de choix, c’est bâtir un projet où la décision est prise par tous, avec un objectif commun : favoriser un maximum de diversité. La biodiversité est un débat de société au quotidien. Nature Vive démontre cette volonté de faire cohabiter les intérêts de l’homme et de la nature sur le long terme.