Souvent détestées par les hommes parce qu’elles peuvent transmettre germes et maladies, les mouches jouent pourtant un rôle essentiel dans la biodiversité. De plus, elles constituent 1/5 des espèces du monde animal. Elles méritaient bien une exposition !


DU 4 AVRIL AU 3 SEPTEMBRE 2007

Mouches, l’expo qui fait mouche ! © MNHN - Service multimédia

Mouches, moucherons, moustiques, taons… Tous ces insectes sont appelés "diptères". Ils sont petits mais nombreux puisque les spécialistes estiment qu’il en existe environ 134 000 espèces sur Terre. L’exposition Mouches nous apprend à mieux les connaître et nous invite à découvrir leur diversité.

Galerie BZZZ

L’exposition s’ouvre sur une galerie conçue en partenariat avec les Arts Déco. Elle s’accompagne d’un "bourdonnement" d’expressions et de chansons autour du mot "mouche". Plein d’humour, le film Mouchomaton met en scène des personnes, torse et tête coincés dans une boîte en compagnie d’une centaine de mouches.

Les mouches et nos préjugés

Le parcours se poursuit à travers une volière où grouillent des milliers de mouches vivantes. C’est le moment de s’arrêter devant le tableau de l’artiste belge Jean-Marie Gheerardijn, composé de mouches mortes. Un autre cadavre est à observer en écoutant le poème Une charogne de Charles Baudelaire : celui d’un animal en train d’être dévoré par des larves de lucilies. Cette fonction des diptères permet le recyclage de la matière organique.

Certaines espèces, à l’image du moustique et de ses piqûres caractéristiques, peuvent percer la peau et aspirer le sang. Elles peuvent alors être vectrices de maladies. Les visiteurs pénètrent dans une chambre d’hôpital dont les lits font découvrir, entre autres, paludisme et maladie du sommeil. Cette aptitude à boire le sang peut aussi être utilisée à des fins médicales.

Néanmoins, l’homme a toujours mis son génie au service de la lutte contre les mouches, comme en témoigne la collection de chasse-mouches aux formes étonnantes.

Les mouches : un monde extraordinaire

Le visiteur découvre maintenant le laboratoire de l’entomologiste Eugène Séguy, créateur de la section des diptères du Muséum, et les planches originales des dessins d’observation de cet ancien peintre miniaturiste. Le spectacle audio-visuel du cinéaste Yves Yersin nous incite, ensuite, à changer de regard sur ces insectes, avant de s’essayer à l’observation de diverses espèces à la loupe binoculaire.

Le passage par la moustiquaire du savoir est un moyen sûr pour se rendre incollable sur les mouches ! Leur place dans la biodiversité, leur alimentation, leurs prédateurs, leur cycle de vie ou leurs yeux à facettes sont expliqués. Cet insecte a aussi pu s’avérer utile à l’homme, à l’exemple de la mouche truffière.

Dernier espace, et pas des moindres : la salle du procès. Les visiteurs, qui connaissent maintenant mieux l’univers des diptères, sont invités à devenir membres du jury. Assis autour d’une table, les jurés écoutent les plaidoyers du procureur et de l’avocat de la défense, avant de voter, en leur âme et conscience pour décider du sort des mouches : mise à mort ou survie de l’espèce.

Pour en savoir plus sur l’exposition, consultez le site dédié : http://mouches.mnhn.fr