Cette exposition met en valeur la riche diversité des forêts à travers le monde. Paysages uniques, caractéristiques d’une époque et d’une région, elles sont à la fois de précieux sujets d’étude pour les scientifiques et des trésors de ressources pour les hommes.


DU 22 JUIN 1995 AU 25 MARS 1996

Exposition Forêts du monde, forêts des hommes © MNHN - Service multimédia

Peuplées d’arbres et d’une faune et d’une flore remarquables, les forêts sont multiples et diverses. Leur complexité les rend difficiles à classifier. Des critères géographiques, écologiques, topographiques ou climatiques permettent néanmoins des distinctions.

Les forêts tropicales sèches, si clairsemées qu’elles interrogent sur la définition même des forêts, s’opposent aux forêts tropicales humides, qui sont denses et très variables d’une région à l’autre. Le climat chaud, à forte teneur en eau, y favorise l’épanouissement d’une luxuriante biodiversité. Ces forêts, dont le territoire se réduit, cristallisent aujourd’hui les angoisses liées à la destruction de l’environnement naturel. Si par le passé, elles symbolisaient l’impénétrabilité, elles sont devenues, dans les consciences occidentales, un milieu menacé à protéger.

Forêts méditerranéennes et forêts de montagne sont nées de formations végétales particulières et très localisées. Autour du bassin méditerranéen se retrouvent des arbres et arbustes aux feuilles persistantes et coriaces, comme les pins maritimes ou les cèdres. Cette région a toujours été soumise à une forte pression humaine depuis l’Antiquité et les feux de forêts qui l’embrasent chaque été s’ajoutent à la longue liste de ceux qu’elle a connus et qui n’ont pas empêché la nature de se réinstaller.

Avec l’altitude, l’environnement change et fait prendre aux forêts de montagne des allures de forêts boréales : nombreux sapins sur des sols pauvres, épicéas, mousses et lichens. Au XIXe siècle, le surpâturage et le déboisement dans les plaines du Piémont engendrent une importante série d’inondations. En réaction, la France rédige le premier texte législatif sur le reboisement connu en Europe.

Les forêts tempérées, aux arbres massifs, représentent le cinquième des forêts de la planète. Elles font face depuis longtemps à l’action des hommes. Déboisées pour établir de nouvelles terres agricoles et extraire du bois de chauffe ou d’œuvre, l’exploitation de ces forêts est aujourd’hui réglementée. La sylviculture désigne justement les méthodes permettant une gestion réfléchie et durable de l’exploitation forestière.

Au nord, de l’Est de l’Eurasie à l’Alaska, s’étend la forêt boréale. Adaptée à un climat froid, où l’eau souvent gelée est indisponible pour les plantes, elle s’est approprié les terres abandonnées, depuis moins de 10 000 ans, par les glaces. D’abord territoire des trappeurs et chasseurs d’or, cette forêt est aujourd’hui le premier fournisseur de bois, à l’échelle mondiale.

Également source d’inspiration, les forêts nourrissent l’imaginaire. Par la diversité des approches qu’elle permet, elle constitue un champ d’étude exceptionnel pour les géographes, naturalistes, historiens ou ethnologues, que cette exposition fait découvrir.