Sous l’effet du temps, de l’environnement, des variations de température ou d’humidité de l’air, les spécimens naturalisés peuvent se détériorer. Les restaurateurs, dans la mesure du possible, réparent les peaux craquelées et remplacent les plumes ou poils perdus. Leurs interventions, toujours réversibles, visent à freiner le vieillissement et à prolonger la longévité des collections du Muséum.


Les coulisses de la Grande Galerie de l'Évolution : la restauration © MNHN - Réal. Frédéric Dubos et Sébastien Pagani