Le narval exposé au rez-de-chaussée de la galerie est un moulage en plâtre. Il a été réalisé au XXe siècle à partir d’un mâle rapporté lors d’une des expéditions arctiques du duc d’Orléans, arrière-petit-fils de Louis-Philippe 1er.


À l’origine de la légende de la licorne
La licorne a une origine très ancienne. Déjà évoquée par le grec Aristote au IVe siècle avant J.-C, elle est souvent représentée comme un cheval portant une corne au niveau du front. Sa corne a longtemps été commercialisée car on lui prêtait de nombreuses vertus ; elle était antipoison, guérissait de l’impuissance masculine ou conférait une éternelle jeunesse. En 1558, un inventaire estime la "corne de licorne" du trésor royal de Londres à 100 000 livres Sterling, soit le prix de plusieurs châteaux voire d’un comté en entier. Cette corne est en réalité une défense de narval, un mammifère marin vivant dans les eaux froides du grand Nord.

Les légendes autour du narval
Le narval, caractérisé par une longue défense horizontale spiralée, a longtemps été surnommé "licorne de mer". Au Moyen-Âge, on le décrivait comme un monstre gigantesque. Les marins le chassaient avec acharnement sur les côtes du Groenland ou d’Islande pour récupérer sa défense considérée comme magique. Cette dent démesurée est l’incisive gauche, qui pousse au cours de la croissance du jeune mâle et se développe en spirale. Elle peut atteindre 3 m de long ! Sauf de rares exceptions, les femelles n’ont pas de défense.

Un spécimen historique des collections du duc d’Orléans
Féru de chasse et de sciences naturelles, Philippe d’Orléans (1869-1926) a amassé quantité de trophées de chasse qu’il a fait naturaliser. À sa mort, en 1926, le prince lègue ses collections au Muséum national d’Histoire naturelle, qui aménage le musée du duc d’Orléans. À présent la majorité des spécimens du duc est conservée en réserve, mais certains sont exposés dans la Grande Galerie de l’Évolution.

Le narval, une naturalisation difficile
Naturaliser les cétacés est compliqué. Leur peau extrêmement grasse est très difficile à tanner et il est souvent nécessaire d’avoir recours à un processus de restauration qui conduit à une accumulation de résines sur la peau, complètement invisible alors. Généralement la fabrication d’un artefact est préférable. Le narval de la Grande Galerie est ainsi un moulage en plâtre du vrai spécimen des collections du duc d’Orléans. La défense est également un moulage de l’originale.

Où le trouver ?
Le narval du duc d'Orléans se trouve au niveau 0 "Diversité du vivant - Milieux marins" dans l'espace qui lui est consacré.

Fiche espèce : le narval (Monodon monoceros)

Généralités
Le narval est un cétacé, comme la baleine bleue. Il mesure 4 à 5 mètres de long et pèse de 800 à 1600 kg. Les mâles sont légèrement plus gros que les femelles. Certains narvals peuvent vivre jusqu’à 50 ans mais l’espérance de vie moyenne est probablement inférieure à 30 ans.

Statut
Sur la liste rouge de l’UICN, le narval est une espèce quasi-menacée. La population actuelle est estimée à environ 80 000 individus. Chassé pour l’ivoire de sa dent et pour sa peau, il est également menacé par la pollution des océans due notamment au rejet de pesticides et la disparition de la banquise d’été dont il dépend pour se nourrir. Pour le protéger des quotas de chasse ont été mis en place dans certains pays et l’importation de dent de narval est interdite dans l’Union Européenne.

Répartition
Les narvals vivent dans les eaux froides arctiques, près du Groenland, de la Russie et du Canada.

Habitat et mode de vie
Vivant près des côtes l’été, ils migrent vers le large et les eaux plus profondes en hiver. Le régime alimentaire des narvals est fait de poissons, calmars et crevettes. Ils constituent des groupes de 5 à 10 individus en dehors de la période de reproduction. L’agrégation de ces groupes en été peut rassembler de 500 à 1000 individus. Les mâles croisent leurs défenses avec précaution et émettent un sifflement, ce qui détermine leur position hiérarchique au sein du groupe.

Reproduction
La reproduction a lieu au printemps, la gestation dure 14 mois et l’allaitement des petits de 1 à 2 ans.